La possibilité d’agir – Introduction

J’ai essayé de mettre des mots sur ce qui m’habite et m’a poussé à vouloir aller sur le chemin de cette création…

Il y a plus de deux ans, j’ai commencé à être obnubilée par la volonté de « faire quelque chose d’important ». L’idée  ne m’étais pas nouvelle mais elle n’avait jamais été aussi forte. La naissance de ma première fille y étant peut-être pour quelque chose. Un désir profond qui ne trouvait résonnance que dans l’ampleur des possibilités, des tâches à accomplir et du sens (ou peut-être plutôt du non-sens) que cela impliquait.
 
Par un heureux hasard (?) je me suis retrouvée à lire  »Je pense à Yu » de Carole Fréchette.

« Madeleine lit dans son journal un entrefilet à propos du journaliste chinois Yu Dongyue, libéré la veille, après 17 ans de prison pour avoir lancé, avec deux camarades, de la peinture sur le portrait de Mao pendant les événements de la Place Tienanmen, en 1989″.

 J’étais sur un banc, dans le parc Laurier, à Montréal. J’ai fermé le livre qu’une fois la dernière page tournée. Bouleversée. Cela résonnait parfaitement avec ce besoin d’agir, sa fragilité, le doute, le sentiment d’utilité, l’engagement, la peur, le contexte, le processus.
 
À cette période là, j’ai réfléchi longtemps à quoi faire? Quelle cause embrasser? A quel projet me vouer? Vouloir sauver le monde. Seule ou s’associer. J’ai commencé à me comparer aux Grands, je me suis même mise à lire une biographie de Gandhi, et à me trouver si petite et inactive. Puis, j’ai réalisé petit à petit à quel point c’était un processus. Qu’on voyait et s’intéressait souvent qu’à la finalité, à la réalisation. Mais qu’il y avait les essais, le contexte, les erreurs, les fois où on se trompait, on tombait, on y croyait, on doutait, on arrêtait, on recommençait.
 
J’ai essayer de le tasser, mais à chaque fois c’est le théâtre, la création en général qui s’imposait comme le chemin, mon chemin.
 
De nature optimiste et humaniste. Je crois – peut-être certains diront naïvement – qu’il y a toujours une solution, quelque chose à faire pour, pour un mieux ensemble. Parallèlement, j’ai réalisé à quel point le doute était présent dans ma vie. Une notion qui me semblait peu à la mode.
 
J’ai commencé à parler de tout ça et alors … je crois avoir vu que ça résonnait chez les gens. Remarquer qu’on parle assez peu de ce qui nous fait vibrer, nos volontés, nos doutes, nos chemins pensées. Alors voilà, c’est avant tout une volonté de partager, d’échanger et de chercher, ensemble.
 
Pour dépasser le personnel et tendre vers quelque chose d’un peu plus universel, j’ai eu envie d’aller à la rencontre des gens, les écouter. Et en faire un des points de départs de ma création. Je ne m’intéresse pas tant aux  »qu’est-ce que Agir »  »qu’est-ce qui est Important » mais plutôt au comment et au pourquoi on agit. Au rapport entre l’action et l’être. Au chemin. Au processus.
 
L’idée est simplement de partager et je dois avouer secrètement de donner du courage à chacun de poser consciemment sa pierre à cette édifice commun qu’est la vie.

No Comments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *